Nos députés


Jean-Jacques Candelier député communiste du Nord

"Le Smic n'aura augmenté que de 45 euros sur toute la durée du quinquennat"

jeudi 1er décembre 2016

Interrogée par Jean-Jacques Candelier sur le "faible" niveau du smic, la ministre du Travail a botté en touche et mis en avant les mesures prises par le gouvernement, procurant, selon elle, des revenus bien meilleurs aux plus modestes.

Myriam El Khomri dit réserver sa réponse pour le 19 décembre, après la réunion des partenaires sociaux, préférant mettre en avant les mesures prises pendant le quinquennat :

"Vous indiquez que le gouvernement n'a rien fait pour améliorer le pouvoir d'achat des travailleurs modestes... [...] Je suis désolée, aucun gouvernement n'aura fait autant pour améliorer le pouvoir d'achat des ménages" a t-elle précisé.

L'Intervention du député Front de gauche

le 28 novembre, le groupe d'experts sur le SMIC a rendu son avis. Selon lui il n'est pas nécessaire de donner un coup de pouce au salaire minimum, fixé aujourd'hui à 1 141 euros net par mois et qui concerne 1,6 million de salariés.

Si vous suivez l'avis des experts - comme vous le faites depuis maintenant quatre ans au nom de la sacro-sainte compétitivité -, le SMIC n'aura augmenté que de quarante-cinq euros sur l'ensemble du quinquennat, essentiellement du fait des revalorisations automatiques légales. Ce serait une première qu'un gouvernement se réclamant de gauche n'ose pas agir en faveur des bas salaires durant son mandat.

Dans le même temps, quarante milliards d'euros de dividendes ont été versés aux actionnaires en 2016, faisant de la France la championne d'Europe en la matière.
Tout cela n'est que le reflet de la politique que vous menez depuis cinq ans : une politique de baisse de charges pour les entreprises au détriment du pouvoir d'achat des salariés.

Dans ce contexte, l'augmentation du salaire minimum est une exigence sociale autant qu'une nécessité économique.

Une exigence sociale d'abord, les besoins les plus élémentaires d'une grande partie de nos concitoyens n'arrivant plus à être satisfaits. Comment pourrait-on vivre dignement avec 1 141 euros par mois alors qu'on est considéré comme pauvre avec moins de mille euros de ressources ?

Une nécessité économique ensuite car l'augmentation du salaire minimum est le meilleur moyen de lutter contre les inégalités, qui ne cessent de croître dans notre pays. Il est plus que temps de redonner du pouvoir d'achat à nos concitoyens. Cela permettrait de faire repartir la consommation des ménages, moteur de la croissance française.

Monsieur le Premier ministre, ma question est simple : le Gouvernement va-t-il satisfaire les attentes populaires et les besoins du pays en se décidant enfin à augmenter le SMIC ?